3 questions à ... Frédérique Jossinet

Frédérique Jossinet, judokate française, est responsable du secteur féminin à la Fédération Française de Football. Son engagement pour le développement de la pratique du sport, sa vie de maman, son action en tant que membre du Conseil d'administration de Sport & Business Limitless... Frédérique répond à nos questions. 

Frédérique, tu es très engagée pour le développement de la pratique sportive. Pourquoi tu as choisi de donner un coup de pouce à Sport & Business Limitless en intégrant son Conseil d’administration?

Je me bats tous les jours pour l’accessibilité du sport par tous – jeunes et moins jeunes, sport adapté, sport- santé, hommes et femmes, enfants. Le sport est un vecteur de bien-être et de santé. Et il faut aller chercher tous les publics. Notamment ceux qui n’ont pas le temps. Nous passons 80% de notre temps entre vie de famille et travail. Le manque de temps n’est pas un facteur pris en compte en France. Intégrer le sport à la vie d’une entreprise est un vrai levier pour pratiquer ou reprendre le sport. Chaque année, la reprise du sport est dans le top des bonnes résolutions et finalement on n’y arrive pas. Aller chercher en entreprise ceux qui vont participer comme des pratiquants mais aussi ceux qui vont se sentir engagés dans un projet collectif, est formidable. Cela crée de la complicité, du lien social. On voit ses collègues de façon différente. C’est plein de bon sens et ca n’existe pas encore, c’est complétement innovant. C’est le métier de Sport & Business Limitless. J’ai tout de suite adhéré. Je partage, en plus, les mêmes valeurs avec Jean-Bernard Falco, le fondateur. Bref, cet engagement était une évidence pour moi. Je transpire sport, je respire sport. 

Quel rôle pour les clubs sportifs, amateurs ou professionnels, pour mettre plus de personnes à l’activité physique et sportive ? Et quel impact de la crise sanitaire sur le lien club sportif – entreprise? 

Les clubs et les associations sont des experts de l’accompagnement dans des disciplines sportives diverses. Et il faut aller chercher l’expertise là où elle est. Rien de plus logique que de s’appuyer sur les meilleurs dans chaque domaine. En plus, aujourd’hui, la crise sanitaire nous oblige de nous adapter, de nous transformer. C’est le bon moment de créer ou de renforcer ce lien entre organisations sportives et entreprises, pour le bien de tous.

Frédérique, quelle est ta bonne résolution de la rentrée ?

La crise de la Covid-19 m’a fait réfléchir à mon organisation du temps et à mon rapport aux autres. J’aimerais davantage prendre le temps pour les autres, pour mon entourage. Etre dans un état d’esprit bienveillant et non pas toujours à 1000 à l’heure. 

Cet été, par exemple, j'ai passé mes premières vacances avec mon fils qui a 11 mois. J’aimerais lui faire découvrir plein de choses. L’accompagner vers ce qui l’intéresse et le laisser libre à suivre ses passions. Personnellement, j’ai plutôt l’habitude des terrains de foot et des tatamis. Mon fils a déjà une préférence pour le tennis – il tient très bien la balle, la met bien sur la raquette et a un geste très précis pour son âge! C’est formidable.

 

Retour

 
392/Photos/sport/actus-sondage-min.jpg
392/Photos/sport/FREDERIQUE_JOSSINET_WEB.jpg